Bonjour à tous

L’hiver arrive avec ses premières gelées, les arbres perdent leurs feuilles et la carence en fromage se fait déjà ressentir !

Alors pour commencer nous vous offrons cette photo comme souvenir de nos moments échangés cette année. fromage GAB

Nous espérons qu’elle ravive en vous quelques petites douceurs du palais.

Cette année nous avons encore pu embaucher Julia à temps partiel, ce qui nous a permis de nous dégager du temps ce qui est fort agréable sur une ferme.

Du temps pour nous, ainsi que pour engager des travaux sur la ferme avec plus de rythme (principalement des travaux du sol)

Au niveau des cultures :

Le méteil (mélange céréalier avec de l’orge, de l’avoine et du pois fourragé) semé à l’automne 2012 avait noyé en partie, nous avons donc du ressemer une partie au printemps (orge de printemps et avoine). La récolte s’en est retrouvée amoindrie. Nous ferons avec ce que l’on a, on auto consomme toute notre production des 8 ha mis en culture chaque année.

La première coupe de foin fut très tardive ce qui a joué sur la qualité qui est médiocre, surtout pour des chèvres par contre, ça se tient pour les vaches. Et faute d’avoir de la qualité, nous avons eu plus en quantité (c’est pas mieux parfois).

De plus, la repousse n’a pas été au rendez-vous ce qui ne nous a pas permis de réaliser de grosse deuxième coupe.

Le pâturage quant à lui s’est plutôt bien déroulé tout au long de la saison avec aujourd’hui encore un peu d’herbe dans les champs dû à une douceur automnale dit «  la douceur angevine ».

Généralement, chaque année, nous réalisons pendant la période hivernale des travaux plus conséquents, l’hiver dernier, nous avons construit une porcherie fonctionnelle pour les périodes hivernales que nous utilisons aussi pour les mises bas des truies.

Nous verrons cet hiver mais nous n’avons pas engagé de gros travaux pour l’instant, il y a déjà du travail sur les clôtures, ainsi qu’une pièce pour les stagiaires à finir…

Que dire de plus … nous n’avons pas de mal à vendre notre production que ce soit au niveau des fromages ou de la viande. Beaucoup de demandes que nous n’arrivons pas toujours à honorer, ça fait plaisir. Il y a des jours où nous aimerions avoir plus de choix en fromagerie, avec des affinages variés ( ce qui arrive généralement plus au mois de septembre) et des jours ou ça fait du bien de se dire que tout part, c’est que ça tourne.

Voilà pour les nouvelles des Belles, après nous pourrions toujours parler des contextes économico-environnementaux du monde agricole et surtout des pontes successives et abusives de la chambre d’agriculture avec leur «  agriculture écologiquement intensive » le must de l’abus vis-à-vis des consommateurs. Leur but : trouver une formule plaisante pour faire passer des productions douteuses et polluantes comme écologiques, c’est comme regarder une émission intelligemment abrutissante.

Si ils mettaient en place une « agriculture intensivement écologique » on pourrait se dire que la voie est ouverte vers du mieux pourtant le fossé est grand entre « écologiquement intensive »  et « intensivement écologique »

Bon, je m’arrête là, c’est peut-être des sujets un peu trop politiques, mais la pensée y est.

Je pense néanmoins que la démarche au sein d’une amap est un acte politiquement responsable et vous remercie de croire en ces producteurs qui ont une vision de notre métier et de la vie différente des non responsables se cachant derrière des modes de productions « intensivement non écologique ».

C’est aussi grâce à vous que nous pouvons nous épanouir dans notre vie et nos convictions.

Espérant que nos produits suffisent à vous plaire.

Nous vous donnons rendez- vous au printemps.

sylvain